Le mois de l’eau, de l’autre à moi

Publié par | 29 juin 2018 | Eau'Courant | ...

«Il nous faut apprendre maintenant à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie. Il nous faut apprendre à garder
les deux yeux ouverts en même temps. »- Hubert Reeves

Slam créé par David Goudreault pour le 15e anniversaire du COGESAF, dans le cadre du mois de l’eau. Juin 2018
Toute reproduction est interdite sans le consentement du COGESAF.

C’est le mois de l’eau
Mais puisque l’eau est aussi en moi
Est-ce le moi de l’autre?
De l’autre à moi il n’y a qu’un pas, qu’un peu … d’eau
Qu’un verre à servir ou quelques vers à écrire
Pour boire ces paroles et rencontrer l’autre, l’eau…
Déjà 15 ans à voguer pour la cause
La protection du bassin versant de la rivière Saint-François
On se met en action pour que ça demeure un endroit
où la qualité de l’eau et l’accès à la ressource demeurent enviables
où les usages cohabitent de manière harmonieuse et durable
Le COGESAF s’active pour un milieu sain autour de la Saint-François
Préoccupation intégrale d’où la gestion intégrée
Au-delà de la métaphore, crois-moi
Pas facile de tenir des rivières entre ses mains
Protéger l’héritage d’hier pour l’offrir à demain
D’où la mobilisation des milieux forestiers, d’affaires, communautaires et des citoyens
Le partage ne s’arrête pas au partage des eaux
Il ne suffit pas de déverser ses responsabilités dans le bassin versant du voisin
Chacun porte un morceau de l’histoire et du territoire
Jusqu’au fleuve, jusqu’à l’océan, jusqu’à l’exutoire
C’est naturel, on doit protéger nos ressources
Se rappeler d’où l’on vient, remonter à la source
Au Québec, on a des milliers de rivières et un demi-million de lacs
C’est impressionnant en ta…ble des matières :
Attachez vos vestes de flottaisons
Pour vous inquiéter, voici quelques bonnes raisons :
érosion, sédimentation, eutrophisation, inondation, ruissellement, perte et dégradation d’habitats aquatiques,
perte de milieux humides, présence d’organismes pathogènes, de cyanobactéries, surplus d’éléments nutritifs,
perte d’usages, conflits d’usage, perte de qualité de l’eau…(Fffffffffh…)
Et ce n’est pas toujours la faute de l’autre
Cette richesse collective, on s’active à la protéger
Mais on va se noyer à l’effort
Si les individus et les collectivités ne viennent pas en renfort
Mon plaidoyer n’est qu’une larme dans l’océan
On ne peut forcer les gens à se sensibiliser
Comme on ne peut empoissonner la conscience
Mais on peut faire un bout, nager entre la poésie et la science
Nommer la beauté de l’eau, des ruisseaux, des rivières dans nos paysages
Et rappeler que les souiller, c’est souiller la vie et l’avenir au passage
Pour le mois de l’eau, de l’autre à moi
Je protégerai le nous et les nôtres
En commençant par le grand Lac St-François
Pour me jeter dans les bras du Lac St-Pierre
Et je coulerai ces mots qui m’avalent dans chacune des rivières
En amont, en aval : de la Magog à la Massawippi
De la rivière aux Vaches à la Coaticook
En passant par l’Ulverton, St-Germain et la rivière Watopeka aussi
Ici, on a du beau, du riche, du vivant à protéger
Il faut le faire savoir, on doit en être fier
Il faut que le message porte et voyage, comme une rivière…
Donnez de la fougue au courant, de la portée au torrent
Pour notre 15e anniversaire…

 

Stéphanie Martel

Stéphanie Martel