Le territoire du Comité local du bassin versant (CLBV) du lac Aylmer/Louise est caractérisé par la présence du lac Aylmer, un des grands plans d’eau du bassin versant de la rivière Saint-François. On compte également six lacs de plus petites tailles dont la plupart sont sous la gouverne d’une association riveraine active. L’Association des riverains du lac Aylmer fait partie du réseau Sentinelle. Les mesures de transparence effectuées dans le cadre du Réseau de surveillance des lacs (RSVL) classent le lac Aylmer dans la zone de transition meso-eutrophe. Même s’il n’y a aucune plage actuellement sur ce plan d’eau, il est fortement utilisé pour des activités de plaisance. Des fleurs d’eau de cyanobactéries ont été observées à cinq reprises entre 2006 et 2012 dans le lac Aylmer, de même que sur deux autres lacs du bassin versant.

Problèmes retrouvés :

  • Surplus d’éléments nutritifs
  • Présence de cyanobactéries
  • Inondations des zones habitées

Pour consulter les documents complets du plan directeur de l’eau

L’ouvrage municipal d’assainissement des eaux usées (OMAE) de Beaulac compte parmi les cinq OMAE de ce territoire. Il a été jugé à surveiller et rejette les eaux traitées dans le lac, ce qui pourrait favoriser les fleurs d’eau. Une analyse de l’impact du rejet de l’OMAE s’impose puisqu’il y a un projet de construction de marina dans la baie Ward, près du point de rejet, et que la qualité de l’eau du secteur pourrait limiter les usages récréotouristiques. Plusieurs stations de qualité de l’eau de la rivière Coleraine sont préoccupantes ou à surveiller. Les données de phosphore et de coliformes fécaux varient aux stations en amont et en aval de l’OMAE de la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine. Une analyse permettrait de définir l’impact du rejet de l’OMAE sur la qualité du cours d’eau. La rivière Coleraine se jette dans le lac Noir (renflement de la rivière). Les nutriments transportés par la rivière pourraient contribuer à la présence de fleurs d’eau de cyanobactéries, présentes à cinq reprises. Plusieurs ouvrages de surverse de l’OMAE de Disraëli se jettent également dans le lac Noir. L’OMAE de la municipalité de Weedon (Saint-Gérard) est à surveiller. Elle reçoit les eaux de procédés d’une industrie agroalimentaire qui ne sont pas traitées à l’usine. Le point de rejet de l’OMAE est au lac Louise et pourrait affecter la qualité de l’eau.

Une partie du territoire compte moins de 14% d’installations sanitaires évaluées avec une classe C, c’est-à-dire nécessitant des travaux immédiats, tandis que le reste du territoire compte plutôt de 15 à 26% d’installations sanitaires de classe C.

De part et d’autre du la Aylmer, on peut noter la présence de zones agricoles, principalement dans les municipalités de Beaulac-Garthby, Disraëli paroisse et Stratford. Le couvert forestier couvre une proportion appréciable du territoire, les activités forestières comptent parmi les activités économiques importantes. On note la présence de grands propriétaires privés, de petits propriétaire privés, ainsi que de parcelles de terres publiques dont l’aménagement est sous la gouverne du MFFP.

Les zones inondables sont importantes dans ce secteur et les habitations y sont fréquemment inondées. La zone inondable s’étend jusqu’à l’embouchure de la rivière au Saumon (Est). Près de 500 bâtiments se trouvent dans cette zone. Le barrage Aylmer à la sortie du lac du même nom, ainsi que le barrage Jules-Allard à l’embouchure du Grand lac Saint-François en amont, sont des barrages pour ces lacs réservoirs pour lesquels on note des risques très importants en cas de rupture. Un comité de travail a été mis sur pied afin de trouver des solutions pour réduire le risque associé aux inondations. On compte d’ailleurs de nombreux habitats dans les premiers 100 mètres de bande riveraine autour des plans d’eau, mais les secteurs anthropiques sont de petites tailles.