En 2015, la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) a entrepris un projet sur les zones périphériques de cinq parcs dans le sud du Québec, dont le parc national Frontenac, grâce à un financement de la Fondation de la Faune du Québec. Ce projet comporte trois étapes identiques pour tous les projets :

  1. Tenue d’une journée de réflexion sur la zone périphérique
  2. Caractérisation de la zone périphérique des parcs
  3. Démarche d’information et de sensibilisation à la conservation dans la zone périphérique (projet pilote)
ZP_PN_GLSF

Carte de la zone périphérique du parc national Frontenac et délimitation du bassin versant du Grand lac Saint-François

Le cas du parc national Frontenac est bien particulier car la zone périphérique est délimitée en grande partie par le bassin versant du Grand lac Saint-François. De plus, comme ce lac est également accessible pour de nombreux riverains et plaisanciers, l’engouement pour sa protection est déjà notable dans la région. En effet, le Regroupement pour la protection du Grand lac Saint-François (RPGLSF) est très actif.

Lors de la journée de réflexion qui s’est tenue en février 2016 à laquelle ont participé plusieurs organisations de la région, les stress identifiés pour le parc national Frontenac sont liés à la protection de la qualité de l’eau du lac :

  • la gestion des eaux pluviales;
  • la gestion du barrage;
  • la gestion des effluents urbains;
  • les espèces exotiques envahissantes.

Pour les municipalités riveraines, ces enjeux se retrouvent dans le Plan d’intervention en développement durable du RPGLSF. Le plan directeur de l’eau du bassin versant de la rivière Saint-François aborde également  ces enjeux à l’échelle du bassin versant du Grand lac Saint-François. La mobilisation est donc déjà bien amorcée dans le bassin versant pour la protection de la qualité de l’eau.

La caractérisation de la zone périphérique permettra de mieux cibler les secteurs qui pourraient être bénéfiques pour le maintien de la valeur écologique du parc et éventuellement faire l’objet de démarche de conservation. Un projet pilote est d’ailleurs en cours dans la municipalités d’Adstock pour travailler avec les propriétaires privés et valoriser les initiatives de conservation. Ce projet est une réalisation du Conseil régional de l’environnement de Chaudière-Appalaches.

Pour plus d’information contactez

Louis Laferrière
Parc national Frontenac
laferriere.louis@sepaq.com