La connaissance du bassin versant : une nécessité

La nouvelle approche de gestion de l’eau par bassin versant et la gestion intégrée du Saint-Laurent doivent reposer sur les meilleures connaissances du territoire, de la ressource eau et des écosystèmes, des outils de gestion et des mécanismes de concertation.

Au Québec, le besoin en information, en connaissance et en recherche permettant d’appuyer la prise de décision est constant, en ce qui concerne notamment :

  • la caractérisation des bassins versants et du Saint- Laurent;
  • la localisation, la quantité, la qualité et la vulnérabilité des eaux souterraines;
  • la qualité de l’eau et la capacité de support des lacs;
  • la pollution diffuse et ponctuelle;
  • l’hydrologie des plans d’eau;
  • les changements climatiques et leurs impacts sur la santé humaine et sur celle des écosystèmes, le cycle hydrologique, les habitats riverains, aquatiques et marins, les usages de l’eau et du Saint-Laurent et les ressources aquatiques et marines;
  • les précipitations acides et toxiques.

Une information de qualité, vérifiable, intelligible et accessible ainsi que des connaissances scientifiques et socio-économiques constituent la base sur laquelle les acteurs de l’eau se mobiliseront, concilieront leurs points de vue et se concerteront pour mettre en œuvre des projets de restauration, de protection ou de mise en valeur de l’eau et des écosystèmes aquatiques.

(Politique nationale de l’eau. Québec, 2002, pages 22-23)

Afin d’appuyer l’acquisition ou l’utilisation de données et le développement du savoir, il est primordial de favoriser la recherche et le développement (R-D) en matière de connaissances sur l’eau et les écosystèmes aquatiques.

(Politique nationale de l’eau. Québec, 2002, page 23)

Afin d’améliorer la cohérence dans les différents domaines de la gouvernance de l’eau et à diverses échelles d’intervention (locale, nationale, fédérale et internationale), il est nécessaire de regrouper l’information pour qu’elle soit diffusée et accessible à l’ensemble des acteurs de l’eau. Cet exercice est notamment vital pour la mise en œuvre de la gestion intégrée de l’eau à l’échelle du bassin versant et du Saint-Laurent, qui suscite des besoins spécifiques concernant l’information et la connaissance.

(Politique nationale de l’eau. Québec, 2002, page 24)

Engagements du gouvernement par rapport à l’information :

  • Le gouvernement s’engage donc à Regrouper et développer l’information sur l’eau et les écosystèmes aquatiques requise pour la gouvernance de l’eau.
  • Le ministère de l’Environnement, de concert avec ses partenaires gouvernementaux et universitaires, développera l’infrastructure requise pour soutenir les besoins en connaissances sur la gouvernance de l’eau.

Les objectifs visés sont de :

  • recueillir et fournir les informations existantes sur l’eau et les écosystèmes aquatiques requises pour la gouvernance de l’eau et, plus spécifiquement, pour la mise en œuvre d’une gestion intégrée de l’eau sur la base du bassin versant et du Saint-Laurent ;
  • élaborer et développer un système d’information en intégrant et en évaluant l’information en provenance des divers programmes, agences et institutions gouvernementales, para-gouvernementales et autres, essentielle à la gouvernance de l’eau ;
  • mettre en réseaux les différents partenaires gouvernementaux ainsi que les groupes et les centres de recherche universitaire pour l’échange et la diffusion de l’information relative à l’eau ;
  • coordonner des programmes de recherche en partenariat avec les milieux universitaires, les centres de recherche et les autres groupes et organisations intéressés à favoriser le regroupement et le transfert de l’information ;
  • identifier les priorités relatives aux besoins en connaissance et en information.