Le COGESAF dépose son rapport sur l'intégration des préoccupations locales en gestion intégrée de la forêt

Le COGESAF dépose son rapport sur l'intégration des préoccupations locales en gestion intégrée de la forêt

3 avril – Le COGESAF a déposé à la Table de gestion intégrée des ressources et du territoire coverZEC(TGIRT) de l’Estrie, lors de la dernière rencontre, son projet sur l’intégration des préoccupations locales et propositions de gestion dans un cadre de gestion intégrée des forêts. Soucieux de travailler pour une constante amélioration en gestion intégrée et dans les processus pouvant y conduire, le COGESAF s’est inspiré de la présence d’espèces aquatiques sensibles dans le territoire de la ZEC Saint-Romain, situé dans le bassin versant du Grand lac Saint-François, afin de proposer des recommandations pour l’entretien des chemins et des ponceaux.

Rapport de caractérisation des chemins et ponceaux (7 Mo)

Rapport de recommandations sur l’adoption de nouveaux outils (2.5 Mo)

En résumé, le projet a mené à trois pistes de réflexion :

1- Mettre en place un comité technique pour l’identification des menaces sur l’écosystème aquatique.

Une des premières conclusions est que l’élément faisant l’objet d’une préoccupation locale n’est pas bien défini. En effet, la situation initiale n’est pas bien connue, il est donc difficile de préciser les mesures d’harmonisation à atteindre ou encore la localisation de la problématique.

2- Élaborer des outils de formation et de communication

Il a été constaté, fort heureusement, que les outils en place étaient suffisants pour prendre en considération les préoccupations locales dans la planification et la réalisation des travaux d’aménagement forestier. Par contre, il y a des lacunes quant à la formation et à la connaissance des multiples personnes ressources amenées à travailler aux diverses étapes.

3- Mettre en place des méthodes de suivi et de rétroaction auprès de la TGIRT

Il s’agit d’une lacune identifiée bien au-delà des travaux dans le territoire de la ZEC Saint-Romain. Les processus de rétroaction sont parfois prévus, mais ils devraient être appliqués plus systématiquement et, surtout, en lien direct avec les mesures d’harmonisation adoptées à la TGIRT.

Le projet a été réalisé grâce à la participation financière de la Fondation de la Faune du Québec.

La Conférence régionale des élus de l’Estrie est responsable de la mise en place de la La Table de gestion intégrée des ressources et du territoire de l’Estrie. Le mandat a été confié à la Commission régionale des ressources naturelles et du territoire.

Leave a Comment (0) ↓