Source du texte: Université Bishop’s, le 4 juin 2019

Le Groupe de recherche de premier cycle en sciences de la Terre de l’Université Bishop’s (Undergraduate Bishop’s Earth Research Group – UBERG) a lancé un outil innovateur pour cartographier et déterminer la prévalence d’espèces de plantes aquatiques invasives dans les lacs Brompton et Lovering dans les Cantons-de-l’Est. UBERGaiter est un drone aquatique développé et construit par des étudiants de Bishop’s sous la supervision de Bruno Courtemanche, du Département d’Environnement et Géographie de l’Université Bishop’s.

UBER Gaiter

« La conception d’UBERGaiter a été un projet stimulant et concret pour les étudiants impliqués au sein de l’équipe d’UBERG, et le moment est venu de voir si tous nos efforts seront couronnés de succès, » explique M. Courtemanche. « Si nous réussissons, nous serons en bien meilleure position pour comprendre où l’on retrouve des espèces de plantes invasives dans les lacs que nous examinerons, et nous espérons que ces connaissances soient utiles aux divers intervenants impliqués dans la préservation de ces écosystèmes. »

À compter du 4 juin 2019, les nageurs, plaisanciers et riverains des lacs Brompton et Lovering remarqueront peut-être un nouveau bâtiment sillonnant sans relâche les eaux du lac. L’UBERGaiter est un drone aquatique à propulsion électrique. Sa navigation est assurée par un logiciel développé par des étudiants. Son objectif : cartographier le fond de lacs à l’aide d’une caméra alimentant un algorithme de reconnaissance permettant d’identifier les différentes espèces de plantes aquatiques.

Au sein de l’UBERG, les étudiants de Bishop’s ont l’occasion de s’impliquer directement dans des projets de recherche stimulants dès le premier cycle; de telles occasions d’apprentissage expérientiel reflètent l’engagement de Bishop’s envers l’excellence académique.

Le projet UBERGaiter illustre également l’engagement actif de Bishop’s au sein de la communauté des Cantons-de-l’Est par le biais de la mobilisation des connaissances. En développant le drone UBERGaiter pour aider à cartographier la présence d’espèces de plantes aquatiques invasives, l’Université Bishop’s offrira à des groupes environnementaux locaux tels que le RAPPEL et les associations de riverains de l’information-clé en vue de développer des plans d’action visant à préserver des écosystèmes à risque.

L’équipe d’UBERG tient à remercie l’entreprise Kenny U-Pull de Sherbrooke, qui a fourni gracieusement les batteries qui alimentent l’UBERGaiter.

Mise à jour 2021

Des bouées profileuses servant à documenter l’impact du myriophylle à épis sur la faune ont fait leur apparition au lac Brompton à l’été 2021. Le drone aquatique UBERGaiter de l’Université Bishop’s qui l’avait sillonné en 2019 afin de cartographier les espèces envahissantes l’a survolé de nouveau.

Les trois bouées profileuses permettent  de prendre des mesures à l’aide de sondes. « On est capable d’avoir un portrait de l’évolution, de jour et de nuit, au fil de la saison, pour chacune des bouées qu’on installe », explique Bruno Courtemanche, chargé de cours à l’Université Bishop’s. Rappelons qu’il est difficile de quantifier l’impact du myriophylle à épis sur la faune et la flore, observe-t-il. On sait que la plante envahissante a des effets sur l’usage récréatif des lacs, comme la navigation, la pêche et la baignade, en plus de semer l’inquiétude au sujet des taxes foncières. Mais il demeure important de connaitre les effet sur les variations de température et d’oxygène dissous, entre autres.